Education financière et résilience en Haïti

Marco Pasini

Expert en inclusion financière

En 2020 Microfinanza Srl a relancé, en partenariat avec Unicef, des activités d’éducation financière pour des populations vulnérables en Haïti, à la frontière avec la République Dominicaine.

L’année 2020.

Une année qui aura, pour sûr, marqué les esprits et les livres d’histoire. L’année au cours de laquelle le monde a dû faire face à une pandémie et a vu naitre une crise économique sans précédents. Si cette situation a pris la population mondiale de surprise et lui a demandé une grande capacité d’adaptation, pour la population haïtienne, cette même situation n’avait presque rien de nouveau.

Le confinement, lockdown ou peyi lock, était déjà le quotidien des Haïtiens depuis déjà plus d’une année, en Haïti, tout comme le blocage des activités économiques, la fermeture des écoles, les déplacements limités, etc. Lorsque, en mars 2020, les élèves italiens ne sont pas retournés à l’école après les vacances afin d’endiguer la propagation du coronavirus, les élèves haïtiens eux ne s’y étaient pas rendus depuis septembre 2019. Le pays venait également d’annuler les festivités nationales du carnaval pour des questions de sécurité, et non de santé, pour la deuxième année consécutive. En effet, depuis juillet 2018, le pays se trouve régulièrement bloqué par les revendications populaires pour l’amélioration des conditions de vie, auxquelles le gouvernement est malheureusement dans l’impossibilité d’accéder.

La frontière entre Haïti et la République dominicaine représente un bon symbole de toutes les tensions qui traversent le pays. En Haïti, les revenus issus du commerce sont souvent informels et instables. La République Dominicaine présente des opportunités de travail, mais génère également des situations de violence et de vulnérabilité pour des centaines des personnes qui sont obligées de rentrer en Haïti. La fermeture de la frontière, à cause du nombre élevés de cas en république Dominicaine, a durement touché l’économie haïtienne, et en particulier les populations les plus vulnérables.

Dans ce contexte de grande fragilité, si les institutions publiques ne peuvent plus jouer leur rôle de protection de la population, c’est au niveau des individus et de la communauté que l’on peut trouver les ressources nécessaires pour sortir de la crise. La gestion financière familiale devient encore plus fondamentale en termes de résilience. C’est là que l’activité de Microfinanza se focalise, en cherchant à se mettre dans la peau des familles qui vivent de petits commerces, qui cultivent leur jardin ou parfois le café, qui ont envoyé leurs enfants travailler au-delà de la frontière et les voient rentrer à la maison. C’est un contexte caractérisé par une très grande vulnérabilité mais qui présente également des ressources importantes : le mutualisme haïtien est un instrument extraordinaire pour l’inclusion financière[1] ; les groupements s’organisent pour supporter le travail informel, à partir des multiples initiatives du projet Fwontye San Fòs Kote[2] qui existent encore deux ans après la fin des activités ; les associations de femmes ou des commerçants ou autres négocient les règles du nouveau marché binational dans le Nord-est [3]; des initiatives culturelles continuent à émerger[4], etc..

C’est dans ce contexte porteur d’avenir que s’inscrivent les activités d’éducation financière de Microfinanza.  

Vous trouverez ce dessous quelques exemples de matériel utilisés lors de nos sessions d’éducation financière (en créole). Si vous souhaitez accéder au reste du matériel (manuels du formateur, posters, exercices, etc.), nous vous prions de nous envoyer un mail à info@microfinanza.com

 


[1] Les MUSO, ou Mutuelles de Solidarité, sont des organisations mutuelles d’épargne et crédit très diffusés en Haïti, et aussi bien organisées, qui offrent des services financiers de base ò la population. Voir http://knfp.org/knfp/ht/index.php ou http://www.kofip.org/. Haïti compte aussi un mouvement coopératif bien développé, de Caisses Populaires. Voir sur : http://anacaph.coop/ ou https://lelevier.ht/welcome/index.php

[2] http://www.fsfk.org/

[3] Voir https://www.facebook.com/Plateforme-Genre-du-Nordest-1636490073065031/ ou lire sur https://vantbefinfo.com/ pour information indépendante

[4] Azüei, par exemple, est un groupe musical haïtiano-dominicaine qui travaille pour la collaboration dans l’ile de Quisqueya (ou Kiskeya, en créole haitien) à travers la musique https://www.youtube.com/channel/UC13TsMOaHJeRwuaeInHSL2g

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This